19/12/2006

Je vais bien, ne t’en fais pas.

ma16761Hier soir, sortie seul en vie pour aller voir le très beau film « Je vais bien, ne t’en fais pas. ». J’ai tellement attendu qu’on m’accompagne qu’il n’est plus joué qu’à l’Actor’s Studio. Petite sortie en solitaire qui devrait avoir lieu plus souvent.

 

Très bon film français. Le scénario est intelligent. Je le croyais invraisemblable jusqu’à ce que le copain de Lili (Superbe Mélanie Laurent, époustouflante et pleine d’avenir) dise aux parents « Mais vous êtes fous ?! ». Alors, tout s’éclaire sur le chemin que peut nous faire parcourir la douleur. J'ai aimé que le père nous encourage à nous interroger sur le sens de notre existence que la plupart d’entre nous trouvons ordinaire, banale. Les parents devaient souffrir à un point tel qu’ils aient eu envie de fuir la réalité.

 

Chapeau. 

13:03 Écrit par C'est bon, je poste. dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : melanie laurent |  Facebook |

Commentaires

"sortie seul en vie", écris-tu... "en ville", non ? il y a des lapsus remarquables... ;o)
"J'avais tellement attendu qu'on m'accompagne" : je connais ça aussi !
Et pour d'autres films, entre autres : "Transylvania", "Bamako", "Coeurs"...

Écrit par : nuages | 19/12/2006

irrésistible lapsus je sors de ma réserve et je souris. je voulais aussi dire que je vais souvent seule au cinéma, que j'ai fini par adorer ça. Je crains seulement la personne qui s'installe à coté de moi alors que la salle est presque vide ; mais je peux enfin rire comme je veux, pleurer si je veux, sortir mon mouchoir sans entendre "tu pleures ?" et surtout personne à la sortie pour me dire : "bof pas terrible" alors que je suis submergée par l'émotion .
Je regrette seulement les jours suivants , de ne pouvoir partager mes impressions sauf si un ami ou une amie a vu le film.

Écrit par : discrète | 19/12/2006

Merci à tous et à toutes ...pour vos commentaires. Excellent lapsus, en effet, dans toute sa magie. "Sortie seul en ville" évidemment.

Écrit par : Journal57 | 20/12/2006

Les commentaires sont fermés.