26/03/2007

La vie des autres - Das leben der anderen

La vie des autres - Das leben der anderenUn film excellent que j’ai vu vendredi passé, avec mon ami MB, du réalisateur Florian Henckel-Donnersmarck. Un chef d’œuvre. Il suffit de lire les critiques sur www.cinebel.be pour s’en rendre compte. Plébiscité à 92% par le public, pour 39 votes !

Il faut aussi souligner que ce film provoque des réactions bizarres auprès du public… qui a applaudi (!!).

Applaudir un film en salle est suffisamment exceptionnel que pour être relevé. Je crois que ça m’est arrivé 4 ou 5 fois dans toute ma vie. Mais je ne suis pas un rat des salles, il est vrai…

 

Au début des années 1980, en Allemagne de l’Est, l’auteur à succès Georges Dreyman et sa compagne, l’actrice Christa-Maria Sieland, sont considérés comme faisant partie de l’élite des intellectuels de l’Etat communiste, même si, secrètement, il n’adhèrent aux idées du parti. Le Ministère de la Culture commence à s’intéresser à Christa et dépêche un agent secret, nommé Wiesler, ayant pour mission d’observer le couple. Tandis qu’il progresse dans l’enquête, ils le fascinent de plus en plus…

 

Source : http://www.cinebel.be/fr/film/1000526-La-Vie-des-autres.htm

 

C’est l’histoire d’un homme qui doute, tiraillé entre son bon fond et les rouages de la police, la Stasi. Un homme qui sait où ses gestes vont le mener. C’est l’histoire de toute une génération d’artistes obligés de rentrer dans les rangs pour pouvoir exercer leur art.

11:26 Écrit par C'est bon, je poste. dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : repression, stasi, communisme, police |  Facebook |

12/03/2007

Débranche ta radio, j'enlève l'échelle

La pub radioLa pub radio est atroce. On ne va pas y revenir, tout le monde est d'accord là-dessus, même les gens de la pub, et ça a été amplement expliqué. Elle est juste un peu plus atroce dans notre pauvre pays, où elle est en plus ridiculement répétitive, sciant la branche sur laquelle elle repose. Et elle l'est à un degré qui relève de la maltraitance. Il y en a une qui avait disparu, après des années de répétition multiquotidienne, et paf! voilà qu'elle est revenue telle quelle, comme sortie du formol ou de la naphtaline. Il s'agit de ce sketch désopilant du mec qui dit à l'autre mec: « Dis, sauve tes données et débranche ton ordinateur, je vais brancher la machine à café ! » Ha ha. Oh, je ne dis pas que ça ne m'a pas fait sourire, mais seulement les 4 premières fois, pas les 3.996 suivantes. Comme vous le savez, moins on paie les agences de pub pour faire des pubs différentes, moins on dépense et plus on gagne. Et les animaux en batterie que nous sommes n'ont qu'à réagir aux stimuli, pourquoi tant de déontologie et d'ambition, c'est pas un cours de morale ici, c'est du commerce, non? « Dis, sauve tes données et débranche ton ordinateur, je vais brancher la machine à café ! » Un classique. Comme La Grande Vadrouille, ça cartonne chaque fois que ça passe - enfin ils croient. Et c'est une pub pour quoi, au fond? Ces sketches sont tellement pétillants qu'on en oublierait pour qui ou pour quoi ils sont créés. Eh bien c'est pour Dexia. Dans cette petite histoire, on évoque quoi? Tout simplement le manque d'argent, et son honteux compère, le manque d'ambition. Voilà que Dexia, qui nous accuse de manquer d'ambition, n'a pas celle de dépenser quelques centaines d'euros de plus pour faire un nombre décent de pubs différentes. Evidemment, si on pense qu'ils investissent déjà 9,6 millions de dollars dans les bombes à fragmentation, on comprend qu'il ne leur reste plus de sous pour faire plaisir. Et tout ça n'est rien à côté de ce que Fortis, KBC, ING et surtout AXA dépensent dans les bombes à sous-munitions, mines antipersonnel et autres armes à uranium appauvri. Mais je m'égare.

 

Source : Télémoustique du 07/03/2007 – Les humoeurs de marc Moulin – Page 23

 

Journal57 : Sur ce sujet de la pub, je suis en phase avec Marc Moulin. Ca relève de la maltraitance. Oui, c’est ça ; c’est insupportable au point d’en venir à zapper constamment pour éviter la pub, à la radio comme à la télé. En outre, lorsque l’on sait les milliards de bénéfices que font ces banques, ça devient carrément grotesque. Enfin, et c’est peut-être le plus important, ces organismes financiers brassent l’argent sale de ces armes immondes. Pensez-y.

Ne reste plus qu’à changer de banque.

16:09 Écrit par C'est bon, je poste. dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pub, armes, radio, ridicule, marc moulin, indecence, ethique, respect, banque, maltraitance, kroll |  Facebook |

02/03/2007

Our daily bread

Our daily breadMercredi 28 février 2007 : cinéma avec mon ami MB. Un film cérébral sans parole. Rare de nos jours.

 

Notre pain quotidien - Our daily bread (Unser Täglich Brot) de Nikolaus Geyrhalter

 

Bienvenue dans le monde de la production industrielle de nourriture et de l'agriculture high-tech. […], des espaces monumentaux, des paysages surréalistes, des sons étranges, un environnement froid et industriel qui laisse peu de place à l'individu. Là, des femmes et des hommes, des animaux, des récoltes et des machines jouent un rôle précis dans la logistique de ce système qui fournit à notre société sa nourriture.

 

Source : http://www.cinebel.be/fr/film/15844-Notre-pain-quotidien.htm

 

Je suis sorti de la salle un peu barbouillé, surtout par les longues séquences de « préparation » des animaux. Il est possible que j’aie un autre regard sur ce que je mangerai désormais.

 

Réaction de MB :

Salut Journal57 !

 

Super "Notre pain quotidien" ! Après reflexion, j'ai trouvé cela un film très intelligent.

On dit que "Une image vaut mille mots", mais ici on est en présence de "Millions d'images qui résument notre lot".

Au moins on a appris quelque chose...

19:07 Écrit par C'est bon, je poste. dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : documentaire, industrie, agriculture |  Facebook |