17/09/2007

De la gaité légitime

Interview de Sabine Azéma – Ciné Live – Septembre 2005[…]Etes-vous d’accord lorsqu’Etienne Chatillez dit que l’humour est un rapport à la vie et aux autres ?

Ah oui ! Pour moi, le spectacle ne peut être fait que par des gens qui travaillent sérieusement tout en ayant de la distance, sinon ce sont des charlatans. Cette conception du métier, je l’ai retrouvée avec la plupart des réalisateurs. Aves Resnais, c’est une évidence. C’est la chance de ma vie. Quand on a un caractère gai, les autres pensent que vous êtes vide d’émotion : il faut toujours montrer qu’on souffre un peu, sinon il est difficile, dans ce métier, d’acquérir une légitimité. C’est à Resnais que je la dois.

[…]

21:44 Écrit par C'est bon, je poste. dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gaite, souffrance, emotion, humour, joie de vivre, chatillez, resnais, cinema, azema |  Facebook |

14/09/2007

Cœurs [Alain Resnais - 2006]

Alain Resnais - Coeur

Un film que je me suis enfin offert de découvrir. Très beau et quel casting ! Le rêve : Sabine Azéma, Isabelle Carré, Laura Morante, Pierre Arditi, André Dussollier, Lambert Wilson. Amusant également ce quatuor retrouvé - Sabine Azéma, Pierre Arditi, André Dussollier et Lambert Wilson – qui apparaissaient déjà dans « On connait la chanson » du même réalisateur, en 1997, avec un Dussolier de nouveau dans la peau d’un agent immobilier.

Ce film me parle d’autant plus que l’action se déroule dans le nouveau quartier de Paris que j’ai découvert. Et puis il y a la magie qui se dégage du jeu excellent des acteurs. Merci Alain Resnais pour ce beau cadeau sensible et interpellant.

 

En deux mots :

« Dan, militaire récemment déchargé de ses fonctions, sombre dans l'alcoolisme pour échapper à toute vie sociale. Sa fiancée Nicole s'obstine malgré tout à croire en leur couple. Gaëlle cherche désespérément l'amour, mais toutes ses tentatives restent vaines. Son frère Thierry, agent immobilier, est très attiré par sa collègue Charlotte qui entretient avec lui un jeu pervers masqué par une attitude dévouée et pieuse. Quant à Lionel, il lutte contre la solitude en partageant sa vie entre son activité de barman et l'attention accordée à son père Arthur, un vieillard invalide et hargneux. »

08:44 Écrit par C'est bon, je poste. dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : azema, carre, morante, arditi, dussollier, wilson, resnais, bercy |  Facebook |