21/12/2007

L’emmerdeur

L'emmerdeur - Francis Veber - Daniel HanssensVu ce soir.

 

L’emmerdeur, le film : oui !

L’emmerdeur, la pièce, bof.

Il faut reconnaître que les deux comédiens principaux jouent bien. Un paquet de dialogues bien rendus, sans temps mort ; Ca va et ça vient dans tous les sens. Pour les autres, c’est plus délicats : dialogue hésitants, récités ou trop grimaçants ; peu crédibles.

Les deux chambres sont séparées par un mur virtuel. L’idée est simple mais bonne. Les fenêtres donnent sur un décor qui repousse les limites de la scène.

Le problème est que pour accrocher le public, la mise en scène glisse dangereusement vers le vaudeville. Là où le film était léger et profond, la pièce contient lourdeurs et tape-à-l’œil. Un exemple parmi d’autres : les deux têtes d’affiche se chevauchent à plusieurs reprises, histoire de bien enfoncer le clou des situations ambiguës. Le public semble se régaler ; moi, je ris nerveusement.

Enfin, il y a la salle. Le Wolubilis n’a aucune âme. Perdue en bordure de ville, ce complexe archi-moderne a tout à envier à l’ambiance feutrée des vielles salles de théâtre en centre-ville. Les murs de la salle sont blancs, histoire d’ajouter un peu de froideur à l’ensemble.

Je n’en garderai pas un souvenir puissant, c’est sûr. Je recherche un peu plus de profondeur lorsque je me déplace au théâtre.

 

23:00 Écrit par C'est bon, je poste. dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brel, comedie, francois pignon, veber, ventura, daniel hanssens |  Facebook |

17/09/2007

Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis

Un air de famille

Petite phrase tirée du film programmé sur France2 hier soir.

 

Un air de famille – Cédric Klapisch [1996]

Un petit bijou tant les rôles sont taillés dans la caricature. Un Henri (Jean-Pierre Bacri) aigri et ronchon au possible, me faisant rire en continu par sa mauvaise humeur grotesque, un Philippe (Wladimir Yordanoff) épouvantable d’égocentrisme, une Yolande (Catherine Frot au jeu impeccable, plus vrai que nature) déconcertante de bêtise qu’elle en devient attendrissante, une Betty (Agnès Jaoui) à la langue bien pendue, un Denis (Jean-Pierre Darroussin) sublime dans son rôle au dos rond et une mère (Claire Maurier) coincée dans ses principes d’une autre époque. Rien que du beau monde, la famille Ménard ! Mettez le tout sous pression dans un bistrot ringard et vous avez une perle.

J’avais vu ce petit chef d’œuvre, huis clos jubilatoire, il y a quelques temps déjà et l’ai revu avec plus de plaisir encore. J’ai vraiment beaucoup rit, seul dans mon lit, et m’en suis étonné. Un rire franc ondulant au rythme des sorties viscérales de Jean-Pierre Bacri, excellentissime dans son rôle dévastateur.

 

« Une excellente comédie aux personnages bien dessinés, aux dialogues savoureux et rythmés. Une réussite » titre le supplément « Zap » du quotidien « Le Soir ».

A voir, revoir et revoir encore pour notre plus grand plaisir !

09:13 Écrit par C'est bon, je poste. dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : comedie, bacri, jaoui, darroussin, huis clos, rire, jubilation, klapisch, frot, famille |  Facebook |