12/03/2007

Débranche ta radio, j'enlève l'échelle

La pub radioLa pub radio est atroce. On ne va pas y revenir, tout le monde est d'accord là-dessus, même les gens de la pub, et ça a été amplement expliqué. Elle est juste un peu plus atroce dans notre pauvre pays, où elle est en plus ridiculement répétitive, sciant la branche sur laquelle elle repose. Et elle l'est à un degré qui relève de la maltraitance. Il y en a une qui avait disparu, après des années de répétition multiquotidienne, et paf! voilà qu'elle est revenue telle quelle, comme sortie du formol ou de la naphtaline. Il s'agit de ce sketch désopilant du mec qui dit à l'autre mec: « Dis, sauve tes données et débranche ton ordinateur, je vais brancher la machine à café ! » Ha ha. Oh, je ne dis pas que ça ne m'a pas fait sourire, mais seulement les 4 premières fois, pas les 3.996 suivantes. Comme vous le savez, moins on paie les agences de pub pour faire des pubs différentes, moins on dépense et plus on gagne. Et les animaux en batterie que nous sommes n'ont qu'à réagir aux stimuli, pourquoi tant de déontologie et d'ambition, c'est pas un cours de morale ici, c'est du commerce, non? « Dis, sauve tes données et débranche ton ordinateur, je vais brancher la machine à café ! » Un classique. Comme La Grande Vadrouille, ça cartonne chaque fois que ça passe - enfin ils croient. Et c'est une pub pour quoi, au fond? Ces sketches sont tellement pétillants qu'on en oublierait pour qui ou pour quoi ils sont créés. Eh bien c'est pour Dexia. Dans cette petite histoire, on évoque quoi? Tout simplement le manque d'argent, et son honteux compère, le manque d'ambition. Voilà que Dexia, qui nous accuse de manquer d'ambition, n'a pas celle de dépenser quelques centaines d'euros de plus pour faire un nombre décent de pubs différentes. Evidemment, si on pense qu'ils investissent déjà 9,6 millions de dollars dans les bombes à fragmentation, on comprend qu'il ne leur reste plus de sous pour faire plaisir. Et tout ça n'est rien à côté de ce que Fortis, KBC, ING et surtout AXA dépensent dans les bombes à sous-munitions, mines antipersonnel et autres armes à uranium appauvri. Mais je m'égare.

 

Source : Télémoustique du 07/03/2007 – Les humoeurs de marc Moulin – Page 23

 

Journal57 : Sur ce sujet de la pub, je suis en phase avec Marc Moulin. Ca relève de la maltraitance. Oui, c’est ça ; c’est insupportable au point d’en venir à zapper constamment pour éviter la pub, à la radio comme à la télé. En outre, lorsque l’on sait les milliards de bénéfices que font ces banques, ça devient carrément grotesque. Enfin, et c’est peut-être le plus important, ces organismes financiers brassent l’argent sale de ces armes immondes. Pensez-y.

Ne reste plus qu’à changer de banque.

16:09 Écrit par C'est bon, je poste. dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pub, armes, radio, ridicule, marc moulin, indecence, ethique, respect, banque, maltraitance, kroll |  Facebook |

30/11/2006

Putain de pub

Putain de pubExtrait des Humoeurs de Marc Moulin – Télémoustique du 29/11/2006 – Page 38

 

Vous savez combien j'adore la pub. Sa finesse, ses nuances, son respect des femmes, sa générosité. Est-ce que la pub télé pour Vicks avec la maman qui se roule par terre dans un supermarché en hurlant devant son gamin médusé n'en est pas à la 20.000e diffusion? Il devrait exister un droit au contenu, garanti dans les droits de l'homme. La pub n'a pas de limite, n'a pas de contrôle, n'a pas de prédateur naturel, ni de contre-pouvoir. Les instances de régulation de la publicité sont occupées exclusivement par... des publicitaires. Tous les médias sont à leurs pieds, cirant leurs pompes et repassant avec la langue dès que ça sèche un peu.

 

Pas étonnant que les gens de la pub pètent les plombs. Regardez Frank Meysman, président du Conseil de la publicité, qui s'exprime dans Le Soir du 17.11, à l'occasion de la campagne: "la publicité fait partie de la vie": « Je suis persuadé que le fait que la régulation provienne du secteur lui-même et non de l'extérieur garantit une plus grande efficacité: le secteur adhère plus facilement à un code de conduite qu'il se fixe lui-même. » On sent bien ici que les bêtisiers de fin d'année approchent. A méditer par Monsieur Van Cau: si le nettoyage des "affaires" se passait uniquement entre "confrères", ils ne seraient plus, stupidement, embêtés par les juges.

 

J’adore Marc Moulin et regrette son humour décalé et ravageur qui, avec celui de Philippe Geluk, faisait les beaux jours du Jeu des dictionnaires. Heureusement qu’il y a Télémoustique. J’adore Kroll aussi, pour les mêmes raisons et pour ses croquis saignants. J’apprécie particulièrement les questionnements de Marc Moulin. Quelle justesse ! Quelle vision !

 

Revenons à la pub. C’est vrai qu’à la RTBF, elle a depuis longtemps dépassé le seuil de l’acceptable. Marc Moulin écrivait « Où est la pétition pour que je puisse signer ? ». 100% d’accord avec lui. Tous les matins, je me rends au bureau en écoutant La Première. Le saucissonnage de l’information par des pubs horripilantes m’oblige constamment à zapper sur Musiq 3. Mais il arrive que, même sur Musiq 3, on doive se farcir une pub agressive, alors qu’on serait en droit d’espérer de la pub « intelligente ( ??) ».

La pub diffusée sur Première nous est jetée à la figure à la fraction de seconde qui suit la fin d’un commentaire du journaliste. Le temps que mon doigt parvienne à zapper cette horreur et j’en entend déjà le début. C’est toujours débité agressivement, rapidement, comme le reflet de la vie trépidante d’aujourd’hui.

 

In-sup-por-tab-ble saloperie !! Et dire que j’ai connu la radio et la télé publiques sans pub! J’en suis malade rien que d’y penser.

 

C’est où qu’on signe la pétition, Marc ??

09:12 Écrit par C'est bon, je poste. | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pub, marc moulin, kroll |  Facebook |